Présentation de Maret Sast

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation de Maret Sast

Message  Billovskov le Ven 21 Juil - 9:15

(cette fiche sert aussi de tentative de création d'un personnage neutre)

Présentation physique :

Maret Sast est un jeunot de 23 ans, dans la fleur de l'âge, à la tignasse brune et au visage fin. Il mesure la taille adulte d'un humain normal, en plaine forme. Il n'est pas gros, mais il n'est pas taillé non plus comme un athlète, sa musculature est discrète. Coiffé toujours de manière négligé, son visage est toujours habillé d'un casque lié à la com de son vaisseau, d'une cicatrice sur la joue et un sourire éffronté. Le typique corellien. Il est aussi habillé d'une tenue utilitaire, visiblement appartenant à un ingénieur des fameuses usine de vaisseau de Corellia, un pantalon treillis gris, une paire de botte de combat en cuir noir, et, pardessus sa veste d'ingénieur, un gilet servant aux ingénieurs à avoir les outils à portée de main. à première vu, on dirait un simple et jeune ingénieur, rien de spécial, donc...

Mais comme dit le dicton, Il ne faut jamais juger quelqu'un sur l'apparence...

Les cinq règles : L'Histoire de Maret :

Dans l'indompté et infini espace, il n'y à que peu de règle, hormis l'argent. Pas de règle, juste des commandements de survie. Ces rêgles s'applique même sur terre, elle s'applique là où l'on trouve des personnes trainant une partie de l'espace avec eux...

Règle un : "Si tu veux pas qu'on te pète la gueule, l'ouvre pas."

Tyrena, un véritable joyau Corellien, composé de casino, de restaurant et de bar. Mais grattez la  surface et vous trouvez la même pègre, les mêmes bande armé. Et au beau milieu de tout ça, quelque fois, un petit oisillon qui à quitté trop tôt son nid se retrouve au milieu des grands.
L'un de ces petits oisillon, se nomme Maret. un jeune homme de 19 an, patientant calmement dans un coin de ring, torse nu, des gants aux mains. L'odeur était fétide, humide, comme toujours dans cette salle de combat illégaux.
-"Bon, fiston, on à un p'tit... imprévu... les paris sont pas comme j'l'éspérais..." expliqua un twi'lek un peu enveloppé.
-"Comment ça ? J'l'alonge, et on s'pète de là avec l'pognon du match, nan ?" Maret regarda le twi'lek, étonné.
-"Nan gamin, fait en sorte de t'allonger au dernier match, et tout le monde y gagne, ok ?" La cloche sonne, et avec elle, les cris des spectateurs s'élèvent. "Bon, vas-y ! Perd ce match au dernier round, et l'boss nous aura tout les deux à la bonne !"
Dès le début du match, Maret monte sa garde s'avançant vers le zabraak, anticipant ses mouvements. Les premiers coup produirent une onde de choc d'étonnement dans le public, les cris d'encouragement ou les insulte étant proportionnel à la puissance du coup.
Les cloches s'enchainèrent, au fur et à mesure que Maret et le zabraak combattirent, les entraineurs devinrent rouge de colère, engueulant ou encourageant leurs "poulain".
Dernier match... et si j'veux montrer que j'en ai une paire, faut que j'l'étale ! pensa Maret.
Maret, lors du dernier round, laissa une certaine distance, se balançant d'un pied à l'autre, les sourcils froncé. Cette stratégie paya, le temps que le zabraak frappe, Maret recule, esquivant le coup. Maret compta sur son agilité, là où le zabrack compta sur sa force. Et, au dernier direct que le zabraak envoya vers le jeune coréllien... Maret passe outre le coup, avançant, et envoyant un uppercut dans le menton du zabraak. Le zabraak tomba net, Maret levant les bras  au fur et à mesure où l'arbitre fit le décompte et vit la tête de son entraineur se décomposer sous le poids d'une sinistre surprise.

Le match finit, Maret enfila un gilet en cuir, un t-shirt et un autre pantalon, avant de monter dans la voiture de son entraineur, visiblement fou de rage, ou de tristesse. Quand une grande gueule ne l'ouvre pas, c'est souvent mauvais signe.
Plus qu'à voir le boss et ce qu'il en découle... Pensa Maret, inquiet.
Maret rentra dans le "thranta maltais", un bar servant de repère pour un ancien pirate, dirigeant maintenant un petit gang sur tyrena.
-"Salut Morn', c'pour voir le patron, 'l'est là" Dit Maret au barman, passant une main sur le comptoir.
-"Ouais... d'puis ton combat il t'attend, il semble assez r'monté... le fait pas poireauter..."
Maret avança dans l'arrière boutique, surprenamment grand pour un bar aussi modeste. Il pénétra finalement dans le bureau, finement décoré, du chef de la bande, répondant au nom de Vlanik Kang, un dévaronien.
-"Gamin, je t'attendais... t'assied pas, t'assied pas, j'te file ta part des gains après.... mais avant, répond à une question, fils. Pourquoi. Pourquoi dans cette sainte putain de galaxie, il à falu que tu la joue réglo à ce moment !!" Cria le dévaronien, visiblement bien remonté.
-"Eh boss, zen, c'est cool... j'pensais que j'pourrais vous montrer que j'suis digne d'être plus qu'un garçon d'course qui truque des combats, nan ?"
-"En désobéissant à c'que j'dit ? Carre toi ta promotion là ou j'pense fils !" Le dévaronien montra, pendant un instant ses dents acéré. "Et manque moi de respect, enfant d'salaud, et j'te fait bouffer c'qui te sert à être un homme, capiche ?"
Maret, sûrement par folie, ou par énervement, regarda le dévaronien dans les yeux, et lui lança un regard méprisant.
-"Va t'faire foutre, Capitaine. Va bien t'faire foutre."

Règle 2 : "Si tu déroge à la règle 1, trouve vite une porte de sortie"

La dévaronien, à ce même moment, hurla, passant derrière son bureau, prenant son blaster et visa Maret, puis, sans sommation, tire.
Maret, à ce même moment, se baissa, prenant un tabouret à côté de lui et le lança par la fenêtre, situé sur le côté. Pendant ce temps, Vlanik mit en joue Maret, tirant un autre projectile à la puissance maximum de son blaster, finissant dans le meuble à côté, projetant des morceau dans presque toute les directions, ce qui coupa à la joue Maret, mais là n'est pas le temps des pleurs pour une écharde, Maret se lança par la vitre brisé, le bar étant au rez de chaussé il ne risquait que de se couper sur les restes de verre.
-"Reviens ici fils d'pute ! J'pas fini avec toi !!" Hurla le dévaronien.
Maret n'avait jamais autant couru, courant pour sa vie, sa seul pensée était de se cacher, il réfléchira ensuite. Avec tout le raffut, il n'avait pas tellement peur des hommes de main du dévaronien, mais il avait plus peur de la Corsec, qui ne tardait jamais à venir.
Maret vit une petite ruelle, donnant sur l'arrière d'un hôtel miteux, il était dans les quartiers industriel, pas de doute là dessus. Il s'engouffra dans cette ruelle, et rentra par la porte de service avant de stopper sa course dans le hall de l'hôtel, où il s'approcha de la femme à l’accueil, le regard pressé.
-"Combien est le prix d'une chambre ?..." Demanda Maret dans un souffle, pressé.
-"Eh bien,euh... déjà bonjour... et puis le prix d'un chambre est de 20 crédit la nuit..." dit la femme, une main sur le téléphone, prêt à appeler la CorSec
-"J'vous en donne 80 pour une nuit et vous dites à personne que j'suis là et j'vous donne pas mon nom !... s'il vous plaît !...." Dit Maret, regardant de tout les côtés.
La femme hésita quelque seconde, avant d'enlever sa main du téléphone et lança un pass à Maret, un sentiment d’exaspération, visiblement, ça n'est pas arrivé qu'une fois, une scène comme ça, dans cet hôtel.
-"Porte 4, troisième étage, j'vous dit pas bonne soirée, c'prendrais trop de temps !" dit la femme, d'une voix naturellement nasillarde.
Maret hocha la tête et, en direction de sa chambre, il prit le temps de réfléchir à un plan.
Bon, je me repose, je file au spatio, je part pour Coronet, et puis là... là quoi ? Il va y avoir des hommes de main du dévaronien qui vont me traquer...partout... pensa Maret Hm'r... à Coronet je reprendrais le spatioport avec c'qui m'reste pour partir.... partir où ? La bordure éxtérieur ? ou bien Coruscant ? Ouais... là ils pourront pas me poursuivre...

Finalement arrivé dans sa chambre d'hôtel miteuse, Maret, claqua la porte, se vautrant sur le canapé du minuscule salon. Laissant son esprit vagabonder dans la brume de son esprit...

Règle 3 : Ne cause à personne, ne croit personne, et surtout, ne pose pas ta confiance dans les femmes.


Maret se leva, tôt le matin, descendant dans la cuisine de l'hôtel. Il prit un stimcaf, du pain, et s'acheta un paquet de cigarette à un distributeur automatique et se mit en route vers le spatioport.
Il avança dans les rues sinueuse, mais plus propre, du centre ville de Tyrena,quand soudaint, une voix l'interpella.
-"Maret ?..."
Maret se retourna aussitôt, comme si il avait entendu une défunte. Une défunte visiblement riche, au vu du speeder décapotable
-"Ka...karliah ?" Maret afficha une mine surprise. "qu'est ce que... que... euh... tu d'viens quoi, depuis le temp ?"
-"La ferme et monte dans le speeder, j'ai vu des gens fouiller autours de chez toi...t'seh... j'savais que ça allait arriver..."
-"J'dois aller au spatioport, j'aurais aimé passer plus de temp avec toi aussi mais-..."
-"Mais ils ont sûrement des hommes de main au spatioport et tu  rêve de tomber dans le traquenard ? Ouais, j'ai cru comprendre. Monte maintenant."
Maret s'éxécuta, montant rapidement dans le speeder, le toit remonta et la dénommé Karliah, une jeune femme du même âge que Maret au cheveux rouge feu, mit le pied au plancher.
En une dizaine de minute, le voilà arrivé devant un charmant appartement somptueux, l'intérieur l'étant encore plus.
-"Mes parents sont en voyage pendant trois jours. Tu pourra rester là pendant ce temps, évite juste de tout déranger" Dit karliah, un sourire à moitié amusé sur le visage.
Maret vit Karliah comme une déesse, ou une ange gardienne, venu l'aider dans sa cavale.
-"Enfin... ça fait quoi ?... deux ans qu'on s'est pas vu ?" Dit Karliah, s'accoudant au demi mur de sa cuisine, qui devait faire la taille du salon de son ancienne chambre d'hôtel.
-"Eh, après qu'j'ai arrêté l'école et commencé à bosser, ouaip." Répondit Maret, se servant un stimcaf.
-"C'était pas bosser, tu faisait que livrer des paquets, ou combattre d'autre gosse dans des caves, c'est pas bosser ça !"
-"J'étais bon dans ce que je faisait !... trop bon, même..."
-"Ne parlons pas de ça... ne parlons pas tout court... quand tu aura trouvé qu'est ce qui est le plus intéréssant entre moi ou ta tasse de stimcaf... tu me rejoindra dans ma chambre." Karliah sourit en coin, d'une manière malicieuse, avant de partir, la robe verte foncé de la femme flottant derrière elle.
J'sais pas si j'devrais... j'suis quand même en fugue... et je partirais sûrement définitivement... pensa Maret.
Maret plongea son regard dans sa tasse.
Rah ! On à pas tout les jours 19 pyj !
Maret commença à gravir les marches, le coeur battant la chamade et ouvrit la porte, doucement, son sourire au lèvre, avant d'être frappé, non pas par la beauté de Karliah, mais par un laser bleu, s'écrasant dans l'épaule de Maret.
Ah ! Putain !... Du paralysant !...
-"Karliah ! Bordel ! Qu'est ce que tu fout !" cria Maret, à couvert, cherchant avec une seul main son holocom.
-"Laisse toi faire ! Ce sera réglé et tout le monde se portera mieux Maret !" Dit Karliah, tentant d'être le plus calme possible. "Maret, s'il te plait... ne rend pas les choses comp-..."
Au même moment, Maret lança son holocom dans la pièce, entendit un tir. Tout se passait bien ! Maret chargea sur Karliah, priant pour que il ne reçoivent pas un deuxième tir, et son plan réussi de peu. Le moment où Karliah se tourna, Maret attrapa avec sa main valide la main tenant le blaster, et envoya un violent coup de la tête dans le nez de Karliah, l'envoyant au tapis.
Ce geste là, le fit trembler de peur, ce qu'il venait de faire à une femme qu'il à aimé. Tout du long de sa courte vie avant de tomber dans l'illégal.
Pourquoi ? Pourquoi le charmer ? était-elle lié à la pègre Corelienne ? Elle aussi ? "Elle aussi valait autant que moi ?" se dit t'il.
Il prit le blaster des mains de Karliah, il sentait son bras reprendre vie peu à peu. Il jetta un coup d’œil au blaster, un blaster dernière génération, prévu pour l'autodéfense, pouvant se cacher dans une manche, ou dans un sac à main, dans le cas de la mère de karliah, qui devait être la personne qui à acheté ce blaster. Sur le blaster, il y avait une petite molette. quelque petite lettre s'afficha, accompagné d'un petit indicateur bleu :

[Mode : Paralyseur]

Maret tourna la molette jusqu'à qu'il ne pouvait plus, l'indicateur devenait rouge, et des lettres s'affichèrent :

[Mode : Létal. Puissance-MAXIMUM]

Maret descendit ensuite les escaliers, et même si l'envie lui dictait de s'installer dans un fauteuil au cuir de bantha traité et se servir un doux brandy Aldéraanien tout en se fumant l'un des cigares du père à Karliah, il se dit qu'il ne fallait pas tarder, pour ce qu'il avait de prévu, il finit son stimcaf, prit les clés d'allumage et d'identification du speeder des parents de Karliah, sorti et l'alluma. Il prit ensuite la direction vers une sortie speeder de Tyrena, direction Coronet. Sur le chemin, les questions qu'il avait en tête avait trouvé une réponse.

Il avait rencontré une fois un mioche de son âge dans les combats illégaux. Et ce n'est pas son âge qui le choqua, il avait combattu énormément de personne de son âge. Mais le fait que c'était un gosse de riche. Il semblait avoir tout ce dont il voulait. Alors pourquoi combattre dans des arènes ? Pour le frisson. Mais ces personnes sont souvent les plus fragile, un coup dans le nez, et la seul chose qui veulent, c'est le sein de leurs mère.

Son voyage fut silencieux, il s'arrêta en milieu de route, bien caché, pour dormir sur la banquette arrière, un blaster dans la main.
Mais enfin, après un voyage de plusieurs heure, il était enfin arrivé, au petit matin.
Coronet city... se dit-il. Il en était temps...

Avec la prudence dont Maret fit preuve, le voyage vers le spatioport fut long, mais il arriva en un seul morceau. Il abandonna le speeder dans les zones ouvrière de corellia, puis se dirigea, blaster dans la poche, direction le spatioport.

Règle 4 : Si un corellien vous dit de le suivre et saute par la fenêtre, suivez le, il à un plan en tête, ou son instinct.

Arrivé au spatioport, Maret fut surpris par autant d'éspèce différente. Qel'dor, Bith, Rodien, Duros... un véritable bouillon de culture. Mais au moment où il leva les yeux, il vit un message sur les holo écran :

                                        ===========================================
                                        ==============AVIS DE RECHERCHE================
                                        ===========================================

Le dénommé Lester Jameson est recherché. Il serait recherché pour délit de fuite ,association de malfaiteur et contrebande.
Si vous avez des informations, adressez vous à la CorSec.


                                        ===========================================
                                        ==============AVIS DE RECHERCHE================
                                        ===========================================


à ce moment. Maret compris que prendre un ticket, serait la fin : Il regarda autour de lui, et après quelque regards à droite à gauche, il vit des personnes, tenant un holo de lui, posant des questions... et pas vraiment le genre de personne que la Corsec embauche...

Maret se dirigea vers la zone réservé au personnel, la zone des techniciens de maintenances, puis les vestiaires. Depuis les avis de recherche, Maret ne se basa plus sur ses sens, mais sur le fameux instinct des Corelliens. C'était plus un mythe que quelque chose d'avéré... mais il était temps de contredire tout les fait établi.
Maret entra dans les vestiaires, essayant de trouver quelqu'un de sa taille, avant de l'assomer, ce qu'il fit, sans grand problème, le traina dans les douches, avant de le déshabiller, de s'habiller avec ses vêtements et l'oublier dans son propre casier.

Maintenant... le manifeste de vol !... pensa Maret, les sourcils froncé.

Maret, dans ses nouveau habits, s'habitua au nom sur le pass, "Korvalth Lokrik", il n'arrêtait pas de se le répéter, puis se dirigea vers la zone de repos des ouvriers, pris le manifeste, passa son pass dans la fente prévu :

[KORVALTH LOKRIK] : travaux sur 1 (un) YT-1200 Port d'embarcation V- 56

-"Hm...V56..." Maret s'y dirigea, presque au pa de course, les sourcils froncé, consterné par une toute petite chose, microscopique.

Maret n'a jamais réparé un vaisseau. Un speeder, oui... vite fait... et encore... mais un vaisseau cargo à moyen tonnage.... jamais... et ça risquait de se voir.
Il se dirigea tout de mème vers le vaisseau, puis s'asseya sur une caisse regardant l'immense vaisseau, avant de prendre ses outils, se décidant enfin à donner l'impression de s'intéresser au vaisseau. Après quelque minutes, le contremaitre vint, expliquant que le problème vient du roulement d'une des tourelles, un petit astéroïde l'avait endommagé. Maret fit donc mine de travailler, quand tout à coup, des tirs de blasters retentirent ! A l'entente de ses tirs, Maret se tourna, et vit un homme fusant comme l'éclair vers la rampe du vaisseau, tirant sur des membres de la Corsec. L'homme prit une grenade flash, la lançant sur les gardes, avant de rentrer finalement dans le vaisseau, et la rampe se referma, durement, mais sûrement...
Allez... Maret, réfléchit, réfléchit !...
Maret, ses pieds comme envouté, fonça vers la rampe, avant d'entrer dans le vaisseau, de peu , finissant sur le dos. Il senti le vaisseau décoller, trembler, et se fit propulser contre l'une des parties du vaisseau, à cause de l'accélération trop rapide. Il sorti de sa torpeur, durement et la première image qu'il vit était... un blaster ?...
-"bouge pas d'un cheveux, ou ta cervelle redécore mon vaisseau, petit..."
-"Qu...vous êtes qui, bordel ?..." regardant L'homme, un humain, cheveux noir, long, une barbe de trois jours, la trentaine, un long manteau en cuir noir sur le dos.
-"Tu rentre illégalement dans mon vaisseau et tu sais même pas qui je suis ? Les valeurs s'perde... tu fout quoi là ? Tu est l'un des ingénieurs d'Corellia."
-"Non... j'suis... c'est long à expliquer. Et j'suis ici à cause de mon putain d'instinct !...." répondit Maret, passablement sur les nerfs.
-"Hm... Suit moi, tu va m'raconter ça, autour d'un stimcaf." L'homme aida Maret à se lever.

Maret, et l'homme répondant au nom de Lester Jameson s'installèrent et Maret raconta son histoire, du match de boxe, jusqu'au spatioport.

-"...wow fiston, et maintenant, tu va faire quoi ?" Dit lester, buvant son stimcaf-whisky coréllien.
-"Eh bien... j'ai d'la famille que sur Corellia, j'connais pas grand chose à part ouvrir ma gueule, tirer, et courir." Répondit Maret, haussant les sourcils.
-"Hm... parfait alors. Bon, tu m'a l'air dans l'besoin, et j'veux pas te laisser comme ça, il me reste encore quelque année avant que je m'installe sur Shaddaa avec mes économies... J'pourrais t'apprendre deux trois truc sur la... revente plus ou moins légal de bien, on va dire ? Hm ?"
Maret regarda son stimcaf, avant de lever son regard vers Lester.
-"Il me reste quoi d'autre, eh ?" Répondit Maret, ricanant.

Il ne savait pas que après ces mots, quel joyeux foutoir ça allait être.

Règle 5 : Si tu suit ces règles à la lettre, tu est bien con. C'est des conseils, 'spèce de wampa dégénéré.

Nous retrouvons Maret à 23 ans, un beau corellien, portant un bouc, sa cicatrice et, son blaster, mais le même haut de technicien. Maret se tint devant un vieux KT-400 retapé, silencieux, avant de lâcher à la personne à côté de lui.
-"Combien pour cette beauté ?"
-"Pour vos services ?... j'dirais... 8 000 ?" Dit l'homme à côté, un duros un peu enveloppé.
Maret se tourne, tendant sa main.
-"Vendu ! 'la intérêt à être du genre performant !..." marmonna Maret.
Et c'est ainsi que commence la véritable aventure de Maret, le reste ? Rien à côté de ce qui l'attend réellement.

à suivre...

Billovskov
Joueur

Messages : 51
Date d'inscription : 11/09/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum